Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La séparation

Ça y est, le grand jour est arrivé ; votre loupiot va passer sa première journée sans vous chez « tata », alors que vous serez à votre travail.


Pour certains parents, cela sera la première séparation aussi longue.


Toute une journée sans voir votre loupiot ; l’angoisse, l’anxiété, vous a peut-être empêchés de dormir.


Confier son enfant à une tierce personne n’est pas toujours facile.


Partir quand on l’entend pleurer se révèle parfois culpabilisant.


Et pourtant, la séparation est incontournable et indispensable pour l’enfant, que cela soit pour l’école ou pour la crèche.


Elle lui permet de grandir !


Alors courage ; dites-vous que loupiot profitera de votre absence pour explorer le monde extérieur.


En effet, les enfants ne grandissent qu’à condition d’apprendre à se séparer, d’accepter de mettre à l’épreuve ce lien fusionnel : parents enfants.


L’adaptation joue un rôle primordial dans la séparation. Petit à petit, à l’aide de paroles rassurantes, de gestes affectifs, l’enfant affrontera ce manque et acceptera la présence de sa « tata » qui par ses compétences professionnelles enrichira cette relation et favorisera le développement de l’enfant.


Cette adaptation doit aboutir sur une confiance mutuelle qui facilitera ces nouveaux liens.

Parfois cette séparation est plus ou moins difficile ; chacun doit prendre le temps de se détacher de l’autre. Les parents doivent exprimer leurs émotions pour humaniser cet évènement qu’est la séparation. Parfois aussi, la mère s’accroche à l’enfant, culpabilise de retravailler ; cette angoisse rejaillit sur l’enfant qui peut la ressentir comme un sentiment d’insécurité ; (pourquoi maman me laisse-t-elle, si elle est angoissée ?)


Sachez que le bébé est capable d’entendre la tristesse et la souffrance de ses parents.

Si on verbalise, si on lui explique qui viendra le chercher le soir, il vivra bien ce moment.

Ne partez surtout pas sans l’embrasser, sans lui assurer qu’il vous retrouvera le soir.

Laissez-lui un objet qui facilite la transition entre sa maison et celle de « tata ». (objet transitionnel)


Ne restez pas trop longtemps chaque matin, cela ne ferait que le perturber.

Montrez-lui que vous êtes contents et que vous êtes persuadés que c’est bien pour lui. Il doit vous sentir confiants, tristes peut-être mais convaincus que cette séparation est bonne pour lui et pour vous.


Des petites phrases comme : « passe une bonne journée avec « tata » et tes copains »,  « je suis sûr (e) que tu vas bien t’amuser, à ce soir »

Donnent un sentiment de confiance.


Une séparation réussie résulte d’une acceptation bilatérale qui consiste à faire confiance dans les capacités de l’autre à vivre les choses sans que l’on soit présent.


En résumé : - faites confiance à votre enfant ;

soyez détendus ;

donnez-lui un sentiment de sécurité.


Votre enfant pourra alors supposer que la situation est sans danger et appréciera pleinement ses journées chez « tata ».


Si au bout de quelques jours, vous appréhendez toujours de laisser votre loupiot, et si vous partez travaillez le ventre noué ou la gorge serrée, ne restez surtout pas dans cet état là, et venez nous parler ;


C’est une très bonne thérapie !

                                                            
                                                                                                                                        Laurence